Colloque « Contourner, infléchir, subvertir les cadres de la domination dans les sociétés d’Ancien Régime (XVe-XVIIIe siècles) »

Jeudi 6 juin-samedi 8 juin 2013, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, salle H301,Campus Carlone-98 Bd Edouard Herriot-06204 Nice Cedex 3, organisatrice: Héloïse Hermant.

Ce colloque international s’insère dans l’axe du programme quinquennal 2012-2016 du CMMC « l’encadrement des sociétés méditerranéennes » à travers un angle inédit jusqu’à présent qui favorise une démarche comparative à l’échelle européenne. En effet, à partir de l’analyse du politique envisagé comme forme d’exercice de domination, la recherche a progressivement décalé son regard pour mettre en lumière les rapports de négociation qui s’instauraient bien souvent entre gouvernants et gouvernés, sans jamais omettre les rapports de force en faveur des premiers. La question du contournement et de la subversion offre un regard transversal qui donne toute sa place aux acteurs « ordinaires » de l’histoire et qui complète la problématique de l’articulation gouvernés /gouvernants en trouvant un moyen terme entre la domination incontestée et la négociation.

Dans l’Ancien Régime, État et société civile ne se distinguaient pas radicalement et l’exercice de domination s’apparentait à un processus de négociation permanent entre les différents corps qui composaient la société. Il apparaît dès lors pertinent d’aborder la question de l’encadrement des sociétés de l’époque moderne à partir d’une conception du pouvoir pensé comme phénomène relationnel courant dans les deux sens plutôt que comme une forme d’imposition d’une force brute se déversant du haut vers le bas. En effet, les élites qui structurent l’encadrement des sujets sont impliquées dans des jeux sociaux à géométrie variable et à diverses échelles (clientèles, réseaux de nature hétérogène etc.) qui créent des solidarités et des intérêts parfois concurrentiels de ceux dont ils sont censés être la courroie de transmission. Par ailleurs, ces élites sont loin d’être formatées sur le modèle de notre actuel « fonctionnaire d’État » dans le temps même où les moyens de contrôle du souverain sur ses agents paraissent ténus.

Plus qu’une réalité institutionnelle figée, l’encadrement des sujets apparaît donc, à l’époque moderne, davantage comme un processus où les dynamiques de structuration, de domination et de cohésion du corps social se rejouent de manière continue. Afin d’appréhender une telle dynamique sans la fossiliser, ce colloque se donne pour objectif de mettre en regard des séquences où les acteurs testent la flexibilité des structures d’encadrement de la société sans chercher à les briser, bref, des séquences où les acteurs ne franchissent pas les bornes du tolérable.

On privilégiera les cas de figure où ce type particulier de transactions imposées par le bas, réussissent, sans toutefois évacuer de notre horizon les cas où celles-ci échouent. Ce choix présente l’avantage d’écarter de l’enquête les épisodes d’opposition et de rébellion manifestes qui ont déjà abondamment nourri les travaux historiographiques des dernières années, pour aborder des aspects moins immédiatement repérables par le chercheur et moins étudiés. En suivant les méandres du cours ordinaire de la vie politique, les participants s’interrogeront d’une part, sur les ressources dont les acteurs disposent pour contourner, infléchir et subvertir les cadres de domination sans être mus par un désir de rébellion et d’autre part sur les façons dont les agents du pouvoir réagissent. On étudiera ainsi la mise à l’épreuve de l’armature sociale et sa plasticité. Ces réflexions sur les cadres des sociétés d’Ancien Régime explorent ainsi les ressorts de la cohésion du lien social et permettent de comprendre, tout en contraste, les modalités de pouvoir qui prévalent dans nos sociétés contemporaines.

Programme colloque (PDF, 300 ko)