Colloque « Contourner, infléchir, subvertir les cadres de la domination dans les sociétés d’Ancien Régime (XVe-XVIIIe siècles) »

Jeudi 6 juin-samedi 8 juin 2013, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, salle H301,Campus Carlone-98 Bd Edouard Herriot-06204 Nice Cedex 3, organisatrice: Héloïse Hermant.

Ce colloque international s’insère dans l’axe du programme quinquennal 2012-2016 du CMMC « l’encadrement des sociétés méditerranéennes » à travers un angle inédit jusqu’à présent qui favorise une démarche comparative à l’échelle européenne. En effet, à partir de l’analyse du politique envisagé comme forme d’exercice de domination, la recherche a progressivement décalé son regard pour mettre en lumière les rapports de négociation qui s’instauraient bien souvent entre gouvernants et gouvernés, sans jamais omettre les rapports de force en faveur des premiers. La question du contournement et de la subversion offre un regard transversal qui donne toute sa place aux acteurs « ordinaires » de l’histoire et qui complète la problématique de l’articulation gouvernés /gouvernants en trouvant un moyen terme entre la domination incontestée et la négociation.

Dans l’Ancien Régime, État et société civile ne se distinguaient pas radicalement et l’exercice de domination s’apparentait à un processus de négociation permanent entre les différents corps qui composaient la société. Il apparaît dès lors pertinent d’aborder la question de l’encadrement des sociétés de l’époque moderne à partir d’une conception du pouvoir pensé comme phénomène relationnel courant dans les deux sens plutôt que comme une forme d’imposition d’une force brute se déversant du haut vers le bas. En effet, les élites qui structurent l’encadrement des sujets sont impliquées dans des jeux sociaux à géométrie variable et à diverses échelles (clientèles, réseaux de nature hétérogène etc.) qui créent des solidarités et des intérêts parfois concurrentiels de ceux dont ils sont censés être la courroie de transmission. Par ailleurs, ces élites sont loin d’être formatées sur le modèle de notre actuel « fonctionnaire d’État » dans le temps même où les moyens de contrôle du souverain sur ses agents paraissent ténus.

Plus qu’une réalité institutionnelle figée, l’encadrement des sujets apparaît donc, à l’époque moderne, davantage comme un processus où les dynamiques de structuration, de domination et de cohésion du corps social se rejouent de manière continue. Afin d’appréhender une telle dynamique sans la fossiliser, ce colloque se donne pour objectif de mettre en regard des séquences où les acteurs testent la flexibilité des structures d’encadrement de la société sans chercher à les briser, bref, des séquences où les acteurs ne franchissent pas les bornes du tolérable.

On privilégiera les cas de figure où ce type particulier de transactions imposées par le bas, réussissent, sans toutefois évacuer de notre horizon les cas où celles-ci échouent. Ce choix présente l’avantage d’écarter de l’enquête les épisodes d’opposition et de rébellion manifestes qui ont déjà abondamment nourri les travaux historiographiques des dernières années, pour aborder des aspects moins immédiatement repérables par le chercheur et moins étudiés. En suivant les méandres du cours ordinaire de la vie politique, les participants s’interrogeront d’une part, sur les ressources dont les acteurs disposent pour contourner, infléchir et subvertir les cadres de domination sans être mus par un désir de rébellion et d’autre part sur les façons dont les agents du pouvoir réagissent. On étudiera ainsi la mise à l’épreuve de l’armature sociale et sa plasticité. Ces réflexions sur les cadres des sociétés d’Ancien Régime explorent ainsi les ressorts de la cohésion du lien social et permettent de comprendre, tout en contraste, les modalités de pouvoir qui prévalent dans nos sociétés contemporaines.

Programme colloque (PDF, 300 ko)

Avis de parution : Guerres de plumes

Avis de parution : Héloïse Hermant, Guerres de plumes. Publicité et cultures politiques dans l’Espagne du XVIIe siècle, Madrid, Casa de Velazquez, 2012, 582 pages. L’ouvrage est disponible auprès de l’éditeur dès à présent sur le site de la Casa de Velazquez.

Sommaire

LES GUERRES DE PLUMES ORCHESTRÉES PAR DON JUAN JOSE DE AUSTRIA : UN NOUVEL ART DE NÉGOCIATION POLITIQUE ?

I. – Genèse de la querelle opposant don Juan José et Nithard : vers une affaire d’État

II. – La campagne d’opinion de don Juan José contre le père Nithard : résister sans désobéir ?

III. – Guerre de plumes et campagne d’opinion contre Valenzuela

LA MOBILISATION POLITIQUE

IV. – Circuits de diffusion des guerres de plumes et moyens de mobilisation des campagnes d’opinion de la minorité de Charles II

V. – L’« invention » d’un public juaniste : les espaces sociopolitiques de polarisation des guerres de plumes

VI. – Stratégies de mobilisation

VII. – Qu’est-ce qu’un mouvement d’opinion ?

LA PUBLICITÉ ET SES ENJEUX. PRATIQUES ET CULTURES POLITIQUES

VIII. – Les enjeux de la publicité dans la campagne d’opinion contre Nithard. Implications et significations politiques de la démarche de don Juan

IX. – Changement de la culture politique ou simple « possibilisme » ? L’échec de la récupération par don Juan du mouvement d’opinion contre la Chamberga (1669)

X. – Modifications de la pratique politique et glissements idéologiques dans la guerre de plumes contre Valenzuela

Résumé

Cet ouvrage étudie les polémiques de la minorité de Charles II qui opposent Juan José de Austria aux favoris successifs de la reine-mère. Au terme de ces guerres de plumes, ce prince obtient l’exil des favoris et devient Premier ministre. À travers l’analyse d’une trajectoire originale, cette recherche met en évidence des pratiques politiques qui, en misant sur les pouvoirs de la plume, permettent non seulement de résister aux autorités sans désobéir ouvertement, mais de réussir une ascension au sein des arcanes du pouvoir. Dans l’arène polémique que créent ces affrontements, la dynamique des textes est utilisée par don Juan pour négocier avec brio sa place à la cour. La dissidence ne se cache plus derrière l’anonymat des libelles pour empêcher les représailles, mais se sert de la tribune offerte par l’écriture polémique pour se mettre en scène et devenir intouchable. Grâce à divers moyens de persuasion et de mobilisation — diffamations, rumeurs, marches sur madrid —, les juanistes exercent une pression sur le pouvoir, mais réussissent à éviter les réalités de la rébellion en canalisant le déchaînement de la violence. Ainsi, ils élargissent les contours du public politique, modifient les pratiques de pouvoir et ébranlent certains paradigmes de la culture politique. Par ailleurs, en exploitant les divisions qui clivent les conseils, don Juan paralyse les institutions et ouvre la voie à un nouvel art de la négociation politique porteur à terme d’une pluralité des pôles de pouvoir. Cet ouvrage comble donc un vide, dans l’histoire du pouvoir curial et des factions courtisanes, entre les travaux portant sur le règne de Philippe IV et ceux sur la cour de la majorité de Charles II, déchirée par les cabales.

Cependant, rien n’était joué à l’avance. L’originalité de ce prince a été de mobiliser un large public autour de lui sans avoir systématiquement besoin de persuader pour provoquer l’adhésion à sa cause. Dans les crises successives de la Régence, son camp, regroupement hétéroclite de mécontents qui cherchent à parvenir à leurs fins grâce à l’intrigue, de faction devient parti grâce à un processus de désingularisation de la cause juaniste qui permet, à travers un manifeste, d’exposer des revendications claires susceptibles d’élargir le recrutement. Puis ce parti se transforme en mouvement d’opinion lorsque, en défendant des intérêts catégoriels ou en s’adressant simultanément à divers destinataires en multipliant dans un même écrit les registres de culture, de langue et de croyance, il dépasse la logique de réseau pour toucher des publics hétérogènes. Ce dispositif a permis d’inclure dans la lutte politique de nouvelles strates de la société et a diversifié les catégories d’adhésion. En définissant les cadres, les stratégies et les types de la mobilisation à travers l’identification et la fabrication conjointes d’un public et d’un adversaire, cet ouvrage explore la participation des populations à la construction de causes collectives et jette une vive lumière sur la difficile question de la politisation d’acteurs d’ordinaire écartés de la sphère institutionnelle.

Les guerres de plumes, qui renvoient à une manière particulière de concevoir le corps social et de faire la politique ne sont pas condamnées à l’éphémère. Enrichissant l’histoire politique des rapports de forces par l’examen des normes et de la transformation des langages politiques, cet ouvrage explore donc les interactions entre idéologie, pratique et action à travers une analyse des concepts désignant le pouvoir. Il évalue les changements de la culture politique en historicisant les imaginaires politiques sous le jeu des guerres de plumes. Certes, l’absence de légitimité concurrentielle dans une monarchie limite les effets d’une mobilisation par des libelles et prévient tout bouleversement de l’horizon de la culture politique. Néanmoins, la systématicité nouvelle de ces guerres de plumes invite à se demander si on n’entre pas dans un nouveau régime de publicité marquant le passage d’une politique de visibilité émanant du pouvoir et dévolue à la prescription à un espace disputé où les autorités ne sont plus intouchables et descendent dans l’arène où règne une fausse transparence. Cet ouvrage ne propose donc pas de retracer la genèse d’une « opinion publique » en postulant une évolution linéaire de ce phénomène. Il questionne la validité des catégories d’analyse contemporaines (opinion publique, coup d’état) et réinscrit les formes d’opposition et de dissidence politique dans leur cadre politique, religieux et culturel originel. L’analyse de la façon dont les libellistes utilisent les moyens offerts par la publicité pour subjuguer et élargir un public né de l’intérêt pour les luttes permet ainsi de penser des sphères de publicité originales qui ne se confondent ni avec la sphère acclamative au service du souverain, ni avec l’opinion publique des Lumières.

La figure complexe de don Juan a constitué le fil d’Ariane de cette enquête. Ce n’est pas la psychologie du personnage qui a retenu l’attention, mais plutôt l’image qu’il a cherchée à construire et que l’on peut indexer à une praxis politique où la publicité est mise au service de la dissimulation. Cette opération historiographique donne trois visages simultanés à don Juan : celui du renard (qui renvoie, pour les juanistes, à la prudence chrétienne), celui du caméléon (qui correspond à la prudence machiavélienne) et celui du christ-pélican (qui symbolise la rédemption sacrificielle et messianique de l’Espagne).

Journée d’études : L’état d’étranger, l’État et les étrangers (Espagne, États-Unis, France, XVIIIe-XXe siècles)

Vendredi 27 janvier 2012, 9h30-17h00
CMMC — Campus Carlone de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (salle H 301)
Organisation : CMMCSéminaire d’Histoire des Mondes Hispaniques

Matin (9h30-12h30) — Les étrangers dans le monde hispanique au XVIIIe siècle

Michel Bertrand (Université de Toulouse-Le Mirail, FRAMESPA) : Présentation

Thomas Glesener (Université de Provence, TELEMME) : « Les étrangers et l’Etat espagnol au XVIIIe siècle »

Arnaud Bartolomei (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC) : « La naturalisation des marchands français de Cadix à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle »

Après-midi (13h30-17h) — Migrants, Etats et sociétés : perspectives croisées sur la place des étrangers (France, États-Unis, Algérie)

Ralph Schor (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC) : « De l’intégration des immigrés en France (XIXe-XXe siècle) »

Marieke Polfliet (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC) : « Alien, Foreigner, Immigrant : les évolutions de la place de l’étranger dans la société américaine à travers le cas des Français de New York et de Louisiane (première moitié du XIXe siècle) »

Jérémy Guedj (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC) : « Comment renaît une politique. L’État et l’“assimilation” des immigrés en France sous la IVe République »

Jean-Charles Scagnetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, CMMC) : « Une politique de contre intégration : l’Etat algérien face à la dissolution de l’identité des enfants d’émigrés en France »